Sur le pont camarade

Quand le RN déroule le tapis rouge à LIDL au mépris des cœurs de ville…

L’ouverture d’une surface de vente supérieure à 1000 m² nécessite l’obtention préalable d’une autorisation administrative délivrée par la Commission Départementale d’Aménagement Commercial (le CDAC).

Le 12 octobre le Syndicat mixte pour le SCOT du bassin de vie d’Avignon se réunissait et émettait un avis négatif à un projet de déplacement d’un LIDL de Vedène au Pontet, rue de la petite Verdette (à la place des « Meubles Combles »)

Ce projet devait occuper une surface de plus de 3000 mètres carrés avec une surface de vente de 1700 mètres carrés.

Les élus siégeant au SCOT avaient rendu un avis négatif au motif :

  • Le projet de permis de construire se localise dans une zone d’activité. Cette zone d’activité est identifiée dans le SCoT approuvé de 2011 comme zone d’intérêt intercommunal, qui n’a pas vocation à accueillir du commerce
  • L’accessibilité se fera prioritairement en voiture. En effet, l’accessibilité en mode doux est limitée. D’ailleurs, le projet ne prévoit pas de parking à vélo.
  • Les orientations du SCoT approuvé, pour l’activité commerciale, donne la priorité à la reconquête des centres villes en y développant un appareil commercial diversifié pour rendre l’offre commerciale plus proche et plus accessible. Le projet proposé ne répond pas à cet objectif. De plus, le projet arrêté de SCoT le 9 décembre 2019, reprend ces orientations.

Hélas la loi autorise les communes de moins de 20 000 habitants à signer des permis de construire pour des commerces dont la surface est inférieur à 1000 mètres carrés. LIDL a donc redéposé un projet avec une surface de vente de 965 mètres carrés. Demande approuvée par le maire FN du Pontet.

Comme la loi l’y autorise, le Syndicat mixte pour le Scot du Bassin de Vie d’Avignon a saisi le CDAC afin qu’elle statue sur la conformité du projet. Aux mêmes motifs !

Les représentants FN siégeant au SCOT, eux, ont défendu l’implantation du LIDL dans une zone d’activité – qui n’est pas une zone commerciale – au nom de la “liberté d’entreprendre” et au motif que l’installation d’une enseigne commerciale embellirait l’entrée de ville et que les panneaux photovoltaïques prévus en toiture en assuraient un greewashing suffisant en faisaient un exemple en terme de politique environnementale durable. Je vous laisse juge de la qualité des arguments développés par l’élu du Pontet.

Pour défendre les cœurs de ville et les commerces de bouches qui y résident : le RN installe des grandes surfaces à ses abords !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer