Sur le pont camarade

Affaire Lamine Camara, mis à la porte le jour de ses 18 ans

Monsieur le Président,

Nous apprenons par la presse la situation suivante : un jeune majeur a été contraint de quitter sa chambre d’hôtel, d’arrêter sa formation de CAP maçonnerie et se retrouve sans ressources. Le département a arrêté sa prise en charge brutalement, le jour de ses 18 ans, le 3 avril, en pleine crise sanitaire.
Depuis, le tribunal, heureusement, l’a rétabli dans ses droits.

Comment est-ce possible ? A l’heure où tous doivent être confinés, comment le département de Vaucluse a -t-il pu à ce point manquer à son devoir de protection et se mettre dans l’illégalité ? La loi d’urgence sanitaire prévoit le prolongement des mesures pour les personnes vulnérables. Même en temps normal, ce jeune pouvait prétendre au dispositif de contrat jeune majeur.

Monsieur le Président, nous vous avons interpellé le 30 mars au sujet de la protection des personnes les plus vulnérables. L’hébergement d’urgence pour les femmes et les enfants victimes de violence arrive aussi à saturation. L’attribution de logements vacants peut se faire sous votre autorité et celle du président de Vallis habitat.

Nous faisons face à une crise exceptionnelle, qui met cruellement à jour les inégalités de notre société. Ne laissons personne au bord du chemin.

Cordialement,
Delphine Jordan et André Castelli
Conseillers départementaux du canton Avignon 3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer