Sur le pont camarade

Résultat de la conférence national : la proposition d’un candidat communiste pour les présidentielles de 2022 est retenue.

Durant une journée et demi, plus de 100 interventions ont nourri un débat particulièrement riche et fraternel. Samedi 10 avril, la conférence nationale a largement adopté (à plus de 66 %) le principe d’une candidature présentée par le PCF à l’élection présidentielle, qui aura pour but de notamment s’adresser au monde du travail et à la jeunesse, qui proposera une alternative aux politiques macronistes et en rupture avec la mondialisation capitaliste. Ce dimanche 11 avril, à plus de 73 %, (95% des votes exprimés), la conférence nationale a décidé de proposer au vote des adhérents, Fabien Roussel, secrétaire national, comme candidat présenté par le PCF à l’élection présidentielle de 2022. Ce sont au final, les adhérent-es qui valideront ces choix lors d’une consultation du 7 au 9 mai prochains.

                       Intervention conférence nationale (non faite, par faute de temps)de Jean François délégué du Vaucluse- Avignon

Les confinements liés à la pandémie ont pu avoir quelques effets positifs, en particulier celui de la lecture, de la relecture et de l’augmentation du temps disponible pour la réflexion. C’est mon cas.

A l’issue de ces lectures j’ai fais le constat que de très nombreux, philosophes, sociologues, économistes et pas des moindre, partagent l’idée que le communisme est l’alternative et même la seule alternative crédible au capitalisme, le capitalisme qui détruit, à la fois,  l’humain et la nature. Pour ne citer que les plus connus : Lucien SEVE, Yvon QUINIOU, Alain BADIOU, Bernard FRIOT, Bernard VASSEUR (dont je vous recommande le dernier livre : Le communisme a de l’avenir).

Ces personnalités qui sont, ne sont pas, ont été, n’ont jamais été, ou ne sont plus, membres du parti, ont la conviction commune que le projet, la visée communiste est la solution.

Bien sûr il s’agit aujourd’hui de définir, d’actualiser, d’inventer, en un mot de travailler notre projet communiste. Ce travail doit se réaliser à, partir de la relecture de Marx, de la ré-appropriations de ses analyses, de ses propositions, de leurs actualisations, d’une réflexion sur le rôle de l’Etat (domaine peu abordé par Marx à l’exception du processus de dépérissement). Contrairement aux idées reçues (l’accusation du productivisme), Marx à anticipé la destruction de la nature, la dépossession du paysan de son travail et même de la mal bouffe, conséquences des logiques du Capitalisme. Travail théorique, incontournable, mais aussi concret en confrontation avec le réel, en valorisant les ilots de communisme (communisme = mise en commun) ; la sécurité sociale, les secteurs coopératifs, l’économie sociale et solidaire, plus largement  tout ce qui doit échapper aux lois du profit (santé, énergie, transport, logement eau potable, éducation…). Ne nous voilons pas la face, ce gigantesque chantier a pris un retard considérable !

Bien entendu, faut-il encore le préciser ? Ce projet communiste n’a rien à voir avec le modèle soviétique étatique et bureaucratique qui s’est effondré et qui ne se définissait pas lui-même et pour cause, comme communiste.

Alors si nous sommes également convaincus que le projet communiste est le seul capable d’apporter des réponses positives et efficaces aux immenses enjeux actuels, nous ne pouvons pas nous satisfaire d’un programme social démocrate partout en échec, d’un programme écologiste qui ne rompt pas avec les dogmes du capitalisme qui ne remet pas en cause les traités européens, d’un programme populiste qui fait l’impasse sur la lutte des classes et la grille de lecture marxiste. Aujourd’hui je ne crois pas un seul instant à une candidature unique à gauche. Au-delà de leurs profondes divergences, les Verts, le PS et la France Insoumise ont déjà décidé de présenter leur candidat. Je ne crois pas non plus à un pseudo programme commun rédigé à la hâte par les appareils politiques et constitué de plus ou moins 10 propositions qui emprunterait un peu à chacun en fonction du poids réel ou supposé des formations  de gauche. Ce scénario conduirait une nouvelle fois à de cruelles désillusions et à une nouvelle progression des idées d’extrême – droite. Arrêtons de nous flageller sur l’autel de l’union !!  Pour paraphraser Marx, encore lui : La classe ouvrière ne doit s’atteler qu’à la résolution des problèmes qui ont une solution.

Par contre affichons nos convictions en affirmant par exemple  que capitalisme et protection de la nature sont irrémédiablement incompatibles ou que capitalisme et égalité des droits et des chances sont totalement antinomiques !

En conclusion, si nous sommes convaincus que le projet communiste est celui qui répond le mieux aux attentes et aux intérêts de la grande majorité de nos concitoyens, aux enjeux planétaires, alors essayons de les convaincre à leur tour. Pour cela qui d’autre qu’un candidat communiste ?

MARIN Jean-François

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer